Codéveloppement professionnel : de puissants bénéfices !

Connaissez-vous le codéveloppement professionnel ? Si vous êtes développeur ou chef de projet informatique, vous avez probablement déjà travaillé en équipe sur des projets. Mais qu’en est-il des autres domaines de compétence ? Pourquoi ne pas travailler ensemble au sein d’une même entreprise ou entre freelances ? Co-développer consiste à réunir un groupe de personnes qui partagent des problématiques professionnelles, pour apprendre ensemble. Zoom sur cette pratique qui cultive l’intelligence collective !

Qu’est-ce que le codéveloppement ?

Le codéveloppement est né sous l’impulsion de Claude Champagne et Adrien Payette au Québec. C’est une technique qui vise l’amélioration des pratiques professionnelles en misant sur les interactions et échanges au sein du groupe.

Concrètement, c’est un groupe d’entraide au sein duquel les personnes apprennent les unes des autres. L’objectif est d’apprendre au contact de ses pairs et d’améliorer sa pratique par l’expérience, l’échange, l’action et l’expérimentation. Cette approche de développement professionnel est une action de formation qui intègre l’approche du coaching. Grâce à des échanges structurés et structurants, chaque participant consulte et mobilise l’intelligence collective du groupe autour d’un sujet qui fait sens pour lui dans sa pratique professionnelle : résolution de problématiques, éclaircir des préoccupations, construire un projet, etc.

Le travail effectué au sein de ces groupes de codéveloppement permet donc d’avancer dans la résolution des difficultés que les participants peuvent rencontrer au quotidien au cours d’échanges alliant confidentialité, authenticité et bienveillance.

Un monde professionnel en pleine mutation

Le codéveloppement est une approche de formation qui ne ressemble à aucune autre. En ce sens, elle est innovante puisqu’il n’y a pas un formateur d’un côté et des apprenants de l’autre. Le processus est guidé par un animateur formé au codéveloppement.

Nous vivons dans un monde d’échanges où les connaissances sont transmises plus facilement et plus rapidement. D’une part, grâce à des outils de plus en plus performants de partage d’informations et de communication. D’autre part, grâce à des techniques de management plus évoluées et à une interrelation des besoins entre les hommes toujours plus grande.

Dans ce contexte, le développement professionnel s’inscrit comme un moyen nécessaire et incontournable :

— En tant qu’individu, pour progresser et évoluer, au même titre que la formation continue.

— En tant que professionnel, pour satisfaire les besoins des clients et fidéliser ses collaborateurs.

— En tant que dirigeant, pour développer son entreprise et gérer au mieux ses ressources humaines.

En résumé, le codéveloppement professionnel est une bonne action à mener pour s’adapter à cet environnement professionnel en pleine mutation.

Comment se déroule un groupe de codéveloppement professionnel ?

Généralement, un groupe de codéveloppement est constitué de 5 à 8 personnes, sur la base du volontariat. Le groupe se rencontre de manière régulière lors d’ateliers de plusieurs heures, souvent en demi-journée, dont la fréquence est déterminée en fonction des besoins du groupe. Cela peut être 1 fois par mois, sur plusieurs mois. À chaque séance, le groupe se met d’accord pour traiter le sujet d’une personne.

Le rôle des participants

Au sein du groupe, l’on trouve 3 rôles :

Le client (que je nomme le “Boosté”) : il est incarné par celui qui est porteur d’un projet, d’une problématique, de préoccupations, etc. et qui mobilise le groupe autour de ce sujet pour explorer de nouvelles pistes et envisager de nouvelles solutions.

Le consultant (le “Booster” lors de mes séances) : ou plutôt les consultants, sont les autres membres du groupe qui apportent leur point de vue et partagent leur expérience pour permettre au client d’avancer.

Le coach-animateur : c’est le guide du groupe qui veille au bon déroulement du processus en 6 étapes, au contenu des séances, ainsi qu’à la dynamique de groupe. Il est celui qui veille au respect du cadre de déontologie de la méthode de codéveloppement. Grâce à ses interactions de qualité, il mobilise le groupe et s’assure qu’il se construit dans une relation de confiance pour progresser ensemble. C’est un rôle important puisqu’il est aussi là pour aider les participants à apprendre à s’aider mutuellement.

Les 6 grandes étapes de la séance de codéveloppement

À chaque séance, les consultants aident le client à progresser, selon un exercice de consultation bien structuré en 6 étapes. Ces différentes étapes ont pour but de cultiver l’intelligence collective en structurant la parole, l’écoute et la réflexion tout en incitant à l’action.

Avant de commencer, il est fait un retour sur la séance précédente pour donner la parole au client de la séance précédente qui fait un retour sur ses expérimentations. Puis, vient une phase d’inclusion des participants qui permet un alignement du groupe. Enfin, si celui-ci n’a pas été fixé préalablement, le sujet de consultation du jour est décidé. Il sera traité par un processus de consultation en 6 étapes.

0. La préparation

Cette phase ne fait pas partie de la séance (car hors tour de consultation), mais elle est essentielle puisque chaque participant réfléchit au sujet qu’il souhaite aborder pendant la séance de travail. L’objectif de cette préparation est de réaliser une introspection pour déterminer LE sujet qui fait sens pour le participant, et celui qui lui sera le plus bénéfique. Cette étape importante est surtout là pour éviter de choisir des sujets « pour le groupe » qui aura pour effet de produire un apprentissage limité pour l’ensemble des participants.

1. L’exposé

Pendant cette étape, le client expose sa problématique ou son questionnement au reste du groupe qui l’écoute, sans l’interrompre. Cet exposé de « réalité perçue » dure en moyenne 5 minutes.

2. La clarification

Les consultants posent alors tour à tour des questions pour clarifier. Le client répond et apporte des précisions. Ces questions ont pour but de mettre en lumière une meilleure analyse du problème et permettent souvent au client de découvrir des zones dont il n’avait pas conscience jusque là sur son problème. L’animateur veille à la bienveillance des échanges, sans justifications, reproches ou culpabilité. Cette phase dure généralement 15 minutes, mais je conseille vivement de prendre un peu plus de temps lors de cette phase essentielle Il me semble important d’y consacrer 30 minutes pour bien clarifier la situation.

3. Le contrat

Le « client » formule alors sa demande au groupe et précise le type de consultation souhaitée en regard de son sujet : ce qu’il attend du groupe et en quoi les participants peuvent l’aider. Les consultants et le coach-animateur s’assurent avec le client que le contrat est compris par tous et qu’il répond aux attentes du client. Cette clarification dure environ 5 minutes.

4. Les pistes

Pendant 45 minutes, les consultants réagissent en adoptant une posture réflexive : ils renvoient à des feedbacks sur leurs propres expériences (problématiques vécues), partagent leurs impressions, réflexions, idées ou suggestions et donnent leur avis, toujours dans le respect du contrat passé avec le Boosté. Le client écoute sans débattre et note les suggestions des consultants qui lui semblent importantes. Ici, le Boosté n’intervient pas : il pourra demander des précisions au besoin lors de la phase suivante.

5. Le plan

Personnellement, je l’appelle “le partage de pépites”. Le client indique ce qu’il a retenu de cet échange collaboratif en partageant les pépites qu’il a retenues et qui l’aideront à avancer dans la problématique qu’il a exposée. Pendant ce temps, les consultants font le bilan interne de leurs apprentissages du jour. L’objectif de cette étape est d’établir la synthèse en 5 minutes des points de vue reçus, et de déterminer les options de mise en action qui seront partagées lors de la prochaine rencontre,pour alimenter l’apprentissage du groupe : le Boosté revient sur ce qu’il a voulu et pu mettre en place.

6. L’apprentissage

Tous les participants expriment leurs apprentissages : ce que chacun peut tirer pour lui-même de ces enseignements, en soit c’est le “partage de NOS pépites”. Cette phase de 15 minutes permet d’évaluer le travail du groupe et de bien prendre conscience que c’est l’ensemble du groupe qui progresse et apprend du partage d’expérience (aussi bien sur le fond que sur la forme) : comment chaque participant contribue au groupe pour l’aider à grandir.

À la fin de la séance, le coach-animateur propose un « renforcement ». Il apporte un feedback sur les processus mis en œuvre durant les séances (les tours), et peut alors faire des recommandations sur le déroulement des séances, proposer des régulations si nécessaires, et apporter des modèles facilitant les apprentissages (15 minutes) à ce groupe de pairs.

La puissance du codéveloppement

Le codéveloppement est très efficace puisqu’il permet en quelques heures d’effectuer des avancées significatives grâce à un dispositif d’analyse :

–        La méthode structurée de ces séances et le coach-animateur libèrent le groupe qui avance progressivement en toute confiance ;

–        Il s’instaure un climat propice à l’échange et à la transparence grâce à la bienveillance qui y règne ;

–        Le client est plongé à la fois dans la réflexion et dans l’action ;

–        Le partage d’expérience permet une prise de recul et d’apprentissages sur la situation que l’on n’apprend pas avec une méthode purement théorique ;

–        Le codéveloppement s’intéresse avant tout à l’humain en proposant au client d’exprimer ses difficultés. C’est un pas dans son développement professionnel pour enrichir ses pratiques.

Pour les employeurs adeptes de la supervision active, proposer ces réunions à ses équipes permet de fournir un espace d’apprentissage et d’échange, loin du quotidien. La vie de l’entreprise est orientée par des moments « solutions » qui cultivent la cohésion de groupe, la confiance, l’entraide et la solidarité.

C’est une méthode gagnante pour tous.

Les freins au codéveloppement

Certains pourraient penser que le facteur temps est un frein au développement. Effectivement, passer 3h à échanger lors de ces séances peut paraître long. Mais cela n’est rien en comparaison à des mois passés sur une problématique pour laquelle nous ne trouvons pas de solution. Prendre le temps de réfléchir vaut le coup si l’on en croit la vitesse de développement de certains grands groupes de codéveloppement qui permettent l’émergence de solutions. Sans compter que cela nourrit la confiance et la motivation.

Essayer c’est l’adopter ? Je dirais oui, sans hésiter. Si tant est que l’animateur sache consolider la motivation du groupe. Là encore, des solutions existent pour que l’énergie du groupe perdure : proposer des animations variées, conduire le changement, etc. C’est là tout le rôle du coach-animateur certifié au codéveloppement.

Besoin d’aide pour mettre en place votre groupe de codéveloppement ?

Vous êtes indépendant et souhaitez participer à un atelier de codéveloppement ? Ou vous êtes une entreprise en quête d’apporter des solutions innovantes à vos collaborateurs et cherchez un coach pour animer un atelier ? Je vous accompagne dans la mise en œuvre d’un groupe de codéveloppement, quel que soit le thème :

–        Prendre du recul sur des solutions d’urgence ;

–        Faire monter votre équipe en compétence ;

–        Profiter du dynamisme du groupe pour bien réussir votre reconversion professionnelle,

–        etc.

Le tout dans le respect des 3 règles d’or : authenticité, bienveillance et confidentialité !

Pour une analyse de la situation, l’animation de groupe, coaching d’équipe, et connaître les options qui s’offrent à vous, prenons rendez-vous !

Potentiellement, tout collaborateur ou entrepreneur travaillant en freelance gagne à faire partie d’un groupe de codéveloppement. Le recours à cette pratique permet d’améliorer ses pratiques managériales et professionnelles et favorise la culture de coopération. Et vous, vous sentez-vous prêt à rejoindre un groupe de codéveloppement ?

Si vous aimez cet article, partagez-le !

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Découvrir d'autres articles

Certains employeurs sont réticents à l'idée d'embaucher des travailleurs handicapés. Je vous propose d'en finir avec ces idées reçues sur le handicap au travail !
Bien-être au travail

Handicap et travail : en finir avec les idées reçues

Malgré les avancées sociales des dernières décennies, les personnes handicapées continuent de rencontrer des obstacles en matière d’accès à l’emploi. Les clichés sur le handicap

Envie d'en savoir plus sur RenEtre Coaching ?