Booster sa créativité , suite.

La technique des six chapeaux – La méthode Walt Disney

Pour faire suite à mon dernière article, voici deux méthodes de créativité décortiquées pour vous.

” Si vous pouvez le rêver, vous pouvez le faire.” Walt Disney

Photo

Dans mon précédent article, Pourquoi et comment booster sa créativité, je vous livrais mon point de vue, qui n’engage que moi, ainsi que mes astuces de Coach pour vous aider à entraîner et booster votre créativité. Je vous donnais également une définition de cette vague notion:

“Selon moi, (à l’instant T), il s’agit de la capacité, du savoir-faire que nous pouvons tous développer , à imaginer une solution originale (et non pas innovante) dans un cadre (contexte) donné.”

​Aujourd’hui, je vous dévoile deux outils prisés par les coachs et professionnels du management (mais pas seulement). Vous pouvez exploiter ces outils de manière individuelle, dans le cadre de la gestion de vos équipes, en famille ou entre amis.

Deux outils à exploiter seul ou en groupe

Photo

Les 6 chapeaux (en individuel ou en groupe) ou la pensée parallèle. 
Cette technique de management mise au point par Edward de Bono , vous permettra d’envisager plus facilement votre problématique sous différents angles. Je l’utilise dans le cadre, notamment, de la gestion de conflits.
Vos croyances sont comme des filtres et peuvent s’avérer limitantes. C’est pourquoi, notamment à plusieurs, vous pourrez dépasser vos a priori, favoriser les échanges constructifs et la créativité du groupe, accompagner la résolution de problème, cibler la pensée, et faciliter la prise de décision en évitant les conflits.  

Votre réflexion sera composée de 6 phases distinctes représentées chacune par un chapeau de couleur différente qui symbolise une façon de pensée.
L’ordre des chapeaux que je vous présente ici étant un exemple de déroulement de séance.

Seul, portez virtuellement et successivement chacun des chapeaux, puis répondez aux questions que je vous propose.
En groupe, je conseille d’utiliser tous les chapeaux alternativement, de manière à ce que chaque participant puisse endosser chacun des rôles. Il est possible d’attribuer un rôle (un chapeau) à chaque participant et que celui-ci n’en sorte pas. Mais ça serait, à mon sens, ne pas aller au bout de la méthode.
​Celui qui mène la danse est le porteur du chapeau bleu. C’est donc lui qui donne l’ordre de passage des différents chapeaux.

Configuration possible

1/ Le chapeau vert : listez sans aucune censure toutes les associations d’idées qui vous viennent. Il s’agit de la couleur de votre créativité.
” Dans ma situation, quelles sont les solutions possibles si je tiens compte des plus farfelues ? Comment faire autrement ? “
Au sein d’un groupe, le porteur du chapeau vert permet de contrebalancer par un regard latéral les jugements des chapeaux noir et jaune. Il utilise l’humour, provoque, va au-delà du cadre pour proposer des idées folles.

2/ Le chapeau jaune: livrez-vous à la critique positive et à l’optimisme
” Quels sont les avantages de cette idée ? Et si …”
Dans le groupe, c’est celui qui pense et parle positivement, de manière exploratrice et constructive. Il propose, établit un jugement positif, repère les profits possibles et les valeurs.

3/ Le chapeau noir : cette fois-ci, c’est le tour de la critique négative, de l’anticipation des dangers, et des objections.
“Parmi ces solutions, quels sont les risques, les inconvénients et les avantages ? Ai-je le droit de …? Ai-je la capacité de ? “
Dans un groupe, le porteur du chapeau noir répètera sans cesse “oui, mais …”. De manière logique et pertinente, il montrera du doigt les failles, les incohérences , les dangers. En somme, il est l’avocat du diable. Il n’argumente pas, mais pose les problèmes sous-jacents sur la table.

4/ Le chapeau blanc: vous envisagez d’abord les faits objectifs, sans aucune interprétation.
” Dans ma situation, quels sont les faits ? De quelles informations je dispose ? Quelles informations font défaut ? Comment se les procurer ?”
Dans un groupe, le chapeau blanc s’en tient aux faits.

Attention, pour vous aider à distinguer un FAIT d’une INTERPRETATION, voici un petit exemple:
Vous êtes policier, et vous enquêtez sur un crime. Vous allez à la rencontre de témoins. 
-“J’ai vu une voiture bleue conduite par un homme grand tatoué sur le bras droit. La voiture était une berline et je crois que l’un de ses pneus sifflait “.
Ici, le témoin est objectif et décrit ce qu’il a vu et entendu

-“J’ai vu une espèce d’idiot rouler dans une voiture démodée. Il m’a donné l’impression d’être pressé et coupable de quelque chose. En plus, sa voiture tenait pas la route”.

Ici, le témoin donne son avis et en oublie ce qu’il a vu et entendu. Il interprète et juge. Il ne relate pas des faits.

5/ Le chapeau rouge : notez les émotions ressenties, vos intuitions, vos sentiments liés à la situation.
” Dans ma situation, qu’est-ce que je ressens ? Mon intuition me dit que … “
Dans un groupe, celui qui porte le chapeau rouge est donc celui qui donne son sentiment sur la question, en les ajustant ou les adaptant.

6/ Le chapeau bleu : Faites la synthèse. Le chapeau bleu représente l’organisation.
“Comment je décide d’organiser la mise en oeuvre ? Faisons un résumé de ma pensée. Quelles sont les priorités ?”
Dans un groupe, celui qui porte le chapeau bleu distribue la parole, dirige la conversation, résume clairement les objectifs, et réunit les conclusions finales.

Autre configuration suggérée par De Bono 

1/ Commencer par laisser s’exprimer les émotions – Chapeau rouge
2/ Rassembler les faits et éléments objectifs – Chapeau blanc
3/ Faire émerger des idées folles – Chapeau vert
4/ Retenir les propositions réalisables – Chapeau jaune
5/ Sélectionner les propositions les plus adéquates – Chapeau noir
6/ Vérifier le degré d’adhésion des participants – Chapeau rouge

​Vous l’aurez compris, cette technique permet de canaliser votre énergie créatrice ou celle du groupe. Il n’est pas aisé de se concentré sur différentes directions à la fois. La méthode des six chapeaux permet d’optimiser votre concentration dans différentes directions, à différents moments.
La parole a le champ libre, alors qu’elle est contenue dans un cadre bien précis.
En outre, vous pouvez , en la testant, en apprendre encore un peu plus sur vous-même et votre fonctionnement. En effet, vous pourrez déterminer vos prédispositions pour l’un ou l’autre des modes de pensées symbolisés par les chapeaux.

La Méthode Walt Disney

Photo

Cette méthode, modélisée par Robert B. Dilts dans Stratégies of Genius, favorise la créativité et l’élaboration de stratégies, en s’appuyant sur un jeu de rôles. L’objectif étant de pouvoir envisager votre problématique de différents points de vue afin de concrétiser une vision ou un objectif.

C’est donc en passant successivement dans la peau du RÊVEUR , du REALISTE et du CRITIQUE , que vous pourrez libérer votre créativité.

Sachant que chacun des trois à besoin des deux autres pour arriver à concrétiser vos projets, essayez le plus possible de les aider à cohabiter 😉

Commençons à explorer chacun des trois rôles. Pour se faire, vous pouvez changer de pièce à chaque nouveau rôle, comme le faisait Walt Disney, ou changer plus simplement de chaise par exemple.

LE RÊVEUR, visionnaire créatif
Rappelez-vous que c’est votre capacité à visualiser et à ressentir qui fait de vous un créatif. Le rêveur choisira donc de travailler dans un environnement inspirant et construit sa vision à partir d’images, de sons, d’odeurs, de sensations.
Quand vous endossez le rôle de rêveur, installez-vous donc dans une pièce qui vous inspire pour vous intéresser au QUOI.
Fermez les yeux, pensez  votre projet, et laissez venir à vous TOUTES les images qui vont et viennent. A ce stade, pas besoin de réfléchir ou d’être réaliste. Osez explorer la fantaisie.

Puis répondez aux questions suivantes :

– Quel est l’objectif de ce projet ? dans quel but  ? 
– En quoi me motive-t’il ? Qu’est-ce qu’il m’apportera d’important ? et quoi encore ?
– Une fois abouti, que m’apportera-t’il d’important? et quoi de plus important encore ?
– Avec ma baguette magique, puisque tout est possible, qu’est ce que je peux mettre en place pour y parvenir ?
– Quand pourais-je l’atteindre ?
– En développant ce projet, qui je veux être ?

​LE REALISTE, rationnel
Quand vous êtes dans la peau du réaliste, vous vous intéressez au COMMENT. Le réaliste développe un plan d’action concret à partir d’un point de vue pratique.

Comme si vous y étiez, imprégnez-vous de nouveau de votre projet imaginé par le RÊVEUR qui est en vous. Désormais, vous entrez dans la peau du REALISTE, et répondez, sans censure, aux questions suivantes:

  • Que dois-je faire pour le mettre en œuvre ? Comment ?
  • A quoi je verrais, saurais, que mon but est atteint ?
  • Comment et qui testera les critères de réussite ?
  • Sur quoi (ressources internes et externes) et sur qui puis-je m’appuyer ?
  • En quoi les étapes définies sont-elles nécessaires ? Où et quand auront-elles lieu ?
  • Quels obstacles je risque de rencontrer ?
  • Comment les dépasser ?

LE CRITIQUE, pessimiste
Votre côté CRITIQUE vous amène maintenant à vous demander POURQUOI.
Le but étant, via la critique constructive et positive, d’identifier les sources d’erreurs possibles.

Maintenant que vous avez rêvez puis agencé votre projet, il est temps de le critiquer et de le corriger. C’est ainsi que vous pourrez améliorer votre projet avec une vision pour demain. C’est pourquoi, vous allez soumettre chacune de vos solutions (stratégies) à une observation globale et spécifique, en répondant aux questions suivantes:
 

  • Quels sont les avantages ?
  • Quels sont les inconvénients, les coûts ?
  • Pourquoi quelqu’un s’opposerait-t’il à cette idée ?
  • Qui cette idée va-t’elle influencer ?
  • Qu’est-ce qui ne dépend pas de moi ?
  • Qu’est-ce qui pourrait l’améliorer ?
  • Quels éléments positifs je souhaite garder de mes façons de faire habituelles ?
  • Comment puis-je conserver ces éléments, en mettant en place cette nouvelle idée ?

Pour optimiser les bénéfices de la méthode, je vous suggère, à l’image de Walt Disney, d’endosser dans un premier temps le rôle du rêveur, et uniquement celui du rêveur. Puis celui du réaliste, et enfin du critique. Revenez sur chacun des rôles (dans cet ordre) autant de fois que vous le souhaiterez.

Si vous aimez cet article, partagez-le !

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Découvrir d'autres articles

Envie d'en savoir plus sur RenEtre Coaching ?