Création d’Entreprise : Comment Oser Sauter le Pas ?

Et si j’osais créer mon entreprise ? C’est une question que vous vous êtes déjà posée, n’est-ce pas ? Seulement voilà, cette idée est restée au stade d’idée. Presque tuée dans l’œuf. Elle est là, elle refait surface de temps en temps, mais vous l’étouffez bien vite à coup de peurs en tout genre. Comment oser sauter le pas d’entreprendre ? Faut-il s’obstiner coûte que coûte à créer une entreprise si l’envie nous prend ? Et si l’on se posait quelques minutes pour se tourner vers les bonnes questions, et y répondre. C’est parti pour le guide du futur Cré’Acteur qui se lance dans la création d’entreprise en toute sérénité !

L’importance de se poser les bonnes questions lorsque l’on veut entreprendre

Au fond, qu’est-ce qui fait hésiter ? Nul doute que c’est le martèlement d’interrogations en tout genre dans nos têtes. Mais encore faut-il se poser les bonnes questions. Une fois sur deux, quand je reçois de futurs créateurs d’entreprise en séance, je constate qu’ils se posent tout un tas de questions. Mais bien souvent, ce sont les mauvaises !

Bien sûr, vous pourriez vous demander où domicilier votre établissement, ou encore quel statut juridique est le mieux adapté. Mais je vais vous dire un secret, le plus important (tout du moins à ce stade-là), ce ne sont pas ces questions.

Il est crucial de savoir ce qui vous anime dans ce projet et s’il est en accord avec votre raison d’être.

Pour moi, il y a véritablement 2 réponses à aller chercher.

1. Pourquoi créez-vous votre entreprise ?

Il est nécessaire de faire une exploration de soi pour comprendre nos motivations profondes : quelles sont les (vraies) raisons qui vous poussent à lancer une entreprise aujourd’hui ?

Il y a peu, j’ai reçu une cliente en séance (je vous en parle dans un de mes Podcast’R d’ailleurs !) qui me disait « tu sais, moi, le chiffre d’affaires… bof. Pour l’instant, je fais ça pour me retrouver, me faire plaisir et on verra dans un an ou deux ». J’ai répondu à cette cliente, qui en a convenu par la suite, que si son but n’était pas de gagner de l’argent, qu’elle crée plutôt une association au lieu de se lancer dans l’entrepreneuriat. Si vous créez une activité, c’est que vous souhaitez créer de la richesse pour votre activité.

Pourquoi je vous parle de ça ? Parce qu’avant de se lancer dans la création d’une entreprise, il est essentiel de comprendre ce qui vous motive à court, moyen et long terme, pour ne pas se perdre en chemin. Est-ce le bon choix de vie que vous faites ?

2. Quelle est la nature précise de votre projet ?

Si vous lisez ces lignes aujourd’hui, c’est que vous avez êtes passé de l’envie à l’idée, puis de l’idée au projet de faire de cette idée une activité. Le plus important lorsque l’on crée une entreprise, c’est de valider que cette création est motivée par l’envie de répondre à un besoin.

En décidant de lancer mon entreprise, quel besoin je nourris ? Est-il passager ? Ou est-ce vraiment ancré en moi ? Ces questions sont essentielles pour vérifier que votre projet possède un vrai potentiel, et qu’il ne débouche pas d’une envie, mais d’un réel besoin. Si c’est une lubie passagère, il y a fort à parier que la frustration soit au bout du chemin…

C’est ce sur quoi je travaille en séance pendant mes accompagnements à la création d’entreprise : l’exploration de soi et la cohérence homme/projet. Lors de cette première phase, cela permet de répondre à deux questions : votre projet est-il viable ? Et est-il en accord avec votre Ikigaï ?

La peur : comment ne plus en faire un frein ?

Qu’est-ce qu’elle me veut ma peur au juste ?

Savoir pourquoi on souhaite devenir entrepreneur est une chose, oser sauter le pas en est une autre ! Je vous parlais tout à l’heure de l’importance de se poser les bonnes questions, quelles sont celles qui parasites le passage à l’action ?

Je vous ai préparé une petite liste :

– Suis-je compétent dans mon domaine ?

– Est-ce que j’en serais capable ?

– Est-ce que je vais réussir ?

– Est-ce que financièrement je vais pouvoir subvenir aux besoins de ma famille ?

– Et si on me fait des reproches ?

Et j’en passe… Toutes ces questions ont un point commun : la peur !

La peur de l’échec, la peur de se retrouver sur la paille, la peur de ne pas être à la hauteur, la peur de faire un flop, ou encore la peur de décevoir… Et quand on n’arrive pas à avancer, et que l’on reste bloqué, c’est que l’on fait le choix de peur, et non le choix de cœur. En tant qu’être humain, nous sommes conditionnés pour avoir peur de l’inconnu. Cette réaction est donc tout à fait normale.

Le choix de cœur, lui, c’est celui de l’intuition et du ressenti. Il passe par une émotion positive : la joie, l’excitation, la surprise ou encore la sérénité. Ou pas. Car le cœur peut aussi nous prévenir d’une prise de risque importante.

Le choix de cœur c’est celui qui est en accord avec nos valeurs, nos besoins, notre personnalité. C’est celui qui nous fait dire « j’ai bien fait, c’est moi : je suis alignée ».

Ce qu’il faut éviter à tout prix, c’est que le choix de peur vienne paralyser les choix de cœur.

Il y a une chose essentielle à avoir en tête quand on veut entreprendre : vous n’êtes pas le ou la seule à avoir peur. Il n’existe aucun entrepreneur qui a tout fait avec 100 % de confiance en lui. La confiance c’est « combien je me sens capable à faire les choses », et cette confiance est nourrie par l’action. C’est en faisant que l’on forge sa confiance. Ainsi, quand on entreprend quelque chose de nouveau, il est normal qu’il y ait du stress et de la peur.

C’est pourquoi je dis toujours que la peur est une bonne chose, tant qu’elle ne nous paralyse pas. Et c’est souvent elle (la vilaine) qui nous empêche de sauter le pas pour concrétiser notre projet (notre rêve !).

Un exercice pour ne plus avoir peur et enfin oser sauter le pas !

Ce qu’il faut retenir, c’est que la peur n’est pas quelque chose à éviter, c’est une messagère qui nous invite à poser une action. Le choix de peur est lié au cérébral, c’est-à-dire lié à tout ce qui n’est pas intuitif (les « il faut », les regards des autres, les jugements dont on peut avoir peur, etc.). Face à un futur entrepreneur en plein questionnement et paralysé par ses peurs, je l’invite toujours à réaliser un exercice. Celui de transformer ses peurs en « même si ».

Si vous ne voulez plus être tétanisé.e par la peur, « payez le café » à votre peur pour la rassurer et l’écouter avec sérénité.

Comment faire ? Prenez un stylo, un bloc-notes et écrivez vos peurs : tout ce qui vous vient en tête. Puis, avec un stylo d’une autre couleur (qui pourrait vous inspirer le positif intuitivement), écrivez en face de chaque peur ce qu’elle a besoin d’entendre pour être rassurée.

Pour vous y aider, commencez vos phrases par « même si ».

« Même si j’ai peur que… Je sais que… »

« Même si cela m’empêche de… Je peux… »

« Même si j’ai peur de… je suis capable de… »

« Même si je n’ai pas envie de… je sais que… »

Etc.

Prenez ensuite un bon bol d’air, relisez vos phrases et posez une action en lien avec chaque ligne : « quel est le premier petit pas que je peux faire pour incarner cette nouvelle façon de penser ma vie ? »

Cet exercice est une invitation à aller chercher une action. Un petit pas qui viendra rassurer cette peur et vous permettre de vous concentrer sur vos choix de cœur.

Les (vraies) bonnes raisons de sauter le pas pour créer son entreprise

Je dis souvent à mes clients « vous pouvez passer votre vie à la rêver, ou vivre vraiment vos rêves ».

Comme je le disais plus haut, on se fait souvent une montagne de ce que représente la création d’entreprise, car il y a beaucoup de peurs. La réponse à toutes ses questions est la prise de hauteur, c’est pour ça qu’il y a des coachs, des accompagnements individualisés, et que je crée une formation en ligne. Toutes les réponses sont en nous et chaque peur demande seulement un temps pour se rassurer, et un passage à l’action que l’on accompagne.

Une des vraies bonnes raisons qui peut nous mettre sur la voie de nous lancer ou non dans l’entrepreneuriat est d’imaginer notre vie dans 20 ans, de regarder notre vie derrière nous et se demander ce que l’on a envie de laisser.

Pour beaucoup de créateurs d’entreprise, il y a 3 grandes motivations qui les poussent à entreprendre :

– Devenir son propre patron. Pour certains, il émerge un réel besoin de ne plus dépendre d’une hiérarchie, de pouvoir organiser son temps de travail comme ils le souhaitent, ou encore de ne plus être soumis à des jugements de valeur qui peuvent émerger dans le salariat.

– Pouvoir s’épanouir dans son travail en réalisant son rêve et/ou en se consacrant à sa passion. L’entrepreneuriat est synonyme de créativité où l’on peut exploiter tout son potentiel.

– Devenir riche ! Ah ah. Pour ce point-là, laissez-moi tout de même vous dire que l’on ne devient pas riche comme ça, seulement parce que l’on décide d’être notre propre patron. Par contre, vous devenez maître de votre rémunération, même si bien sûr pour cela il faut que votre entreprise fonctionne bien. En réalité, la richesse réside ici dans le fait de travailler pour vous, et non plus pour un tiers, et également de créer de la richesse pour les autres (vos clients et votre entourage).

Enfin, il y a une chose importante que je tenais à vous préciser et qui est primordiale lorsque l’on hésite à se lancer à son compte : il n’y a pas de bon moment, seulement celui que l’on décide et que l’on sent. On peut toujours se convaincre qu’il y a beaucoup de raisons pour ne pas se lancer, car la prise de risque est évidente. Mais quand on sent au plus profond de nous que le désir d’entreprendre est plus fort que tout le reste, c’est que c’est le bon moment.

Cependant, se lancer seul peut s’avérer difficile. Être bien entouré peut faire toute la différence sur votre mindset d’entrepreneur et sur votre capacité à surmonter les épreuves qui se dresseront sur votre chemin. Il est essentiel de pouvoir faire part de vos craintes, coups de mou et questionnements à quelqu’un de votre entourage, ou à un coach spécialisé pour avoir le soutien nécessaire.

Création d’entreprise : l’importance d’être bien accompagné

Se lancer seul dans l’entrepreneuriat peut être risqué si l’on n’a pas l’expérience ou les compétences nécessaires, qui plus est si l’on est empli de doutes.

Par exemple, si vous êtes aujourd’hui salarié, vous n’avez pas à vous soucier des déclarations administratives relatives aux entreprises, ou des aspects comptables de votre métier. En devenant votre propre patron, ce sera à vous qu’incomberont ces tâches, tout comme trouver des clients, procéder aux recouvrements, négocier des contrats, etc.

Selon l’activité dans laquelle vous souhaitez vous lancer, vous aurez également peut-être besoin de fonds, ce qui supposera de convaincre une banque de faire confiance en votre projet. Et pour cela, vous devrez créer un business plan, qui sera suffisamment documenté et soigné pour accéder à un prêt d’entreprise.

Chez RenÊtre coaching, les accompagnements à la création d’entreprise permettent de dessiner votre vision d’entreprise, d’imaginer et de mettre en place une stratégie, une offre, etc. tout en incarnant votre Ikigaï (votre raison d’être). On vous accompagne dans toutes les étapes de la création de votre entreprise, pour vous aider à identifier vos points forts et vos points faibles de façon à vous aider à cheminer avec assurance jusqu’à l’atteinte de votre objectif.

Je le dis souvent, être entrepreneur ne veut pas dire être ou rester seul. Entourez-vous des bonnes personnes !

Devenir son patron et développer ses idées est un rêve pour beaucoup. Mais ce rêve peut devenir réalité, lancez-vous ! Gardez en tête que vous n’êtes pas seul, et que d’autres sont passés par ces questionnements avant vous. Formez-vous, apprenez, faites-vous guider et osez vous épanouir à votre tour dans l’entrepreneuriat !

Si vous aimez cet article, partagez-le !

Découvrir d'autres articles

Envie d'en savoir plus sur RenEtre Coaching ?

renêtre coaching coach professionnel burnout loire haute loire

Vous partez déjà ?

Exclusif, découvrez le carnet Boost’R !

+ de 200 pages pour optimiser votre temps, améliorer votre productivité et atteindre vos objectifs avec sérénité !