Éviter le burnout de l’entrepreneur : mes 9 conseils de coach

Éviter le burnout de l’entrepreneur : mes 9 conseils de coach 

burnout-entrepreneur-conseils-renetrecoaching

Nous sommes nombreux·ses à être devenu·e entrepreneur·e suite à un burnout. Nous aimons notre travail et ne comptons pas nos heures. Attention ! Être indépendant·e ne protège pas du burnout. Il serait même dangereux de le croire.

Il existe de nombreux facteurs de risque : la pression du « il faut » (il faut nourrir la famille, il faut que tout marche d’ici la fin de mon chômage…), la quête de la perfection, l’isolement, l’absence de cloisonnement entre perso et pro, le surinvestissement (horaires, absences, pauses, travail le week-end, pendant les vacances…).
Heureusement, je ne crois pas à la fatalité ! J’ai donc décidé de vous délivrer 9 conseils pour éviter de sombrer dans l’épuisement professionnel et développer votre activité sereinement.

1- Observez-vous pour éviter le burnout

Mon premier conseil est de vous observer. Pour éviter au burnout de s’installer, apprenez à reconnaître les signes avant-coureurs, vos propres indicateurs.

  • Identifiez vos zones de fragilité. Cela peut être le volet financier, par exemple si vous avez des enfants ou que vous n’avez pas droit au chômage. Peut-être avez-vous du mal à vous reposer : vous travaillez tard le soir, avez du mal à vous arrêter. Ou alors est-ce la communication : vous voulez être partout, très vite, tout le temps : cartes de visite, site internet, réseaux sociaux…
  • Je vous invite à systématiquement ne pas vous contenter d’objectifs mais de bien vérifier que ceux-ci soient SMARTE : spécifique, mesurable, atteignable, réaliste, temporel et écologique. 
  • Quand vous sentez, même de loin, que quelque chose cloche : trop de fatigue, trop de travail, les enfants qui vous font remarquer que vous souriez moins…Vous pouvez tenir un carnet d’auto-observation pour noter régulièrement vos réflexions, vos remarques… Cela vous permettra de repérer les pensées récurrentes telles que « j’en ai plein le dos », « ça me prend la tête », etc.
  • Vous pouvez également passer le test de Christine Maslach : aucun diagnostic mais l’occasion de faire un point et de prendre conscience de ce qui ne va pas pour ensuite en faire quelque chose. Le fait de sortir du déni sera primordial pour accepter de bouger des lignes, de demander de l’aide et de changer vos habitudes.

2- Écoutez-vous

L’écoute de soi est essentielle pour vous adapter et changer vos comportements.

  • Équilibrez votre vie personnelle et votre vie professionnelle : définissez les rôles de chacun·e, une nouvelle organisation à la maison. Apprenez à déléguer et si cela vous paraît impossible ou trop difficile, un coaching peut s’avérer utile. Si vous travaillez à la maison avec un bébé, prenez en compte son rythme et reposez-vous dès qu’il vous laisse souffler. Rappelez-vous que non, faire la vaisselle ne constitue pas une pause…
  • Trouvez votre cadre idéal de travail : coworking, pièce séparée à la maison, homeworking, pépinière, partage de bureaux ou ateliers avec confrère ou autre, etc.
  • Faites des points régulièrement : santé, organisation, valeurs, manière de vivre…
  • Adaptez votre activité en fonction de votre énergie disponible.
  • Ecoutez votre entourage pour éviter le déni.
  • Transformez toute forme de culpabilité en occasion de mieux vous connaitre et de vous aligner avec ce que vous êtes. Soyez responsable de votre bien-être.
  • Evitez et supprimez les relations toxiques, celles qui vous coûtent cher en énergie, en temps…

Pour vous aider et repérer les qualités et défauts de votre organisation et réajuster celle-ci en fonction de vos souhaits, utilisez le camembert énergie / temps.

3- Apprenez à dire stop et demandez de l’aide

Ce n’est pas parce que vous êtes entrepreneur·e que vous devez dire oui à tout et tout faire seul·e !

Voici quelques pistes : 

  • Dites STOP : pour avancer dans votre projet de vie : devenir papa, maman, lancer ou développer son entreprise, ça demande du temps, du courage et de l’énergie. On ne peut pas être à 100% sur tous les fronts. C’est humainement impossible. Apprenez à lâcher, pour de vrai. Je vous en reparle un peu plus loin dans l’article.
  • Demandez de l’aide : conjoint·e, famille, réseau, groupes de soutien, médecin, etc.
  • Travaillez à plusieurs « Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin » (proverbe africain) : partenaires, prescripteurs, confrères, réseaux, syndicats type CPME, associations d’entrepreneur·e·s…
  • Prévoyez un vrai budget pour vous faire aider si besoin : nounou, communication… Ne confondez pas dépenser et investir.
  • Faites face à la crise : responsabilisez-vous au lieu de culpabiliser.
  • Cloisonnez les domaines de vie et assurez-vous de garder de la place pour chacun dans votre agenda
  • Virez les clients toxiques. Transformez les pépins en pépite. Un client mécontent peut être une occasion de vous rattraper et finalement de le fidéliser. Ne vous encombrez pas avec les clients qui ,quoi que vous fassiez, ont besoin de râler.

4- Adoptez le lâcher-prise

Lâcher-prise n’est pas toujours évident mais c’est important et surtout cela s’apprend.
Apprendre à lâcher-prise permet d’accepter plus facilement les échecs, les imprévus, les contrariétés, l’imperfection.

Relativisez, déléguez, organisez-vous différemment : vous gagnerez en sérénité. Lâcher-prise, c’est seulement accepter de ne pas tout contrôler et d’accepter nos propres limites.

Nous savons tous le faire sans en avoir forcément conscience. Plus on résiste à quelque chose et plus ce quelque chose devient résistant.
Apprenez donc à distinguer ce qui vous appartient de ce qui ne vous appartient pas. 
« Parmi les choses qui existent, certaines dépendent de nous, d’autres non » Epictète.
Connaissez-vous les différentes zones de contrôle et de lâcher-prise ? La zone indépendante comprend tout ce qui ne vous appartient pas, tout ce sur quoi vous aimeriez avoir le contrôle, mais que vous ne pouvez pas contrôler. Par exemple : la météo, l’humeur de votre client, etc. La zone d’influence, elle, contient les choses que vous pouvez contrôler comme vos paroles, le temps passé sur une tâche… Cette zone d’influences compose elle-même de 2 parties : la zone d’influence totale, c’est à dire les choses sur lesquelles vous avez 100 % de contrôle, comme lire cet article, et la zone d’influence partielle qui sont les choses sur lesquelles vous avez du contrôle mais seulement en partie, comme obtenir une augmentation.

Photo

5- Valorisez-vous

La valorisation est importante, prenez le temps de célébrer vos victoires. Il est culturel de penser qu’être fier.e de soi et le faire savoir est narcissique, indécent ou mal venu. Je vous encourage à casser les codes et à vous célébrer ! Bien sûr, il ne s’agit pas de narcissisme ni d’égoïsme, simplement d’un peu d’égocentrisme : se centrer sur SOI (EGO) et se féliciter pour nos avancées et nos réussites est l’un des meilleurs moyens d’encourager notre cerveau à nous faire nous comporter à nouveau de manière à obtenir des résultats positifs !

Même le plus petit des pas participe à vous faire avancer. Prenez l’habitude de visualiser chacune de vos réussites. Faites confiance à vos valeurs, la base de votre activité. Inspirez-vous de la concurrence au lieu de vous en effrayer. Tout au long de votre vie d’entrepreneur·e, vous serez confronté·e à des choix qui pourront potentiellement vous faire vous sentir juste, mal à l’aise, fièr·e ou insatisfait·e… Vérifier que votre choix respecte vos valeurs peut être un moyen de ne pas vous éloigner de vos fondamentaux, de ce pour quoi vous avez décidé de vous lancer dans cette belle aventure.

6- Adoptez le pas à pas

Utilisez le mode itératif pour avancer petit à petit : qui va piano va sano. Repensez la notion d’urgence grâce à la Matrice Eisenhower.

Comme le disait si bien Dwight David Eisenhower, 34ème président des Etats-Unis d’Amérique, à qui on doit cet outil : « Ce qui est important est rarement urgent et ce qui est urgent est rarement important. » La notion d’urgence est avant tout relative au temps, la notion d’importance est quant à elle subjective. Misez sur l’important plutôt que sur l’urgent afin de donner du sens à votre vie et vous organiser de manière sereine et productive.

Commencez par distinguer ce qui est important de ce qui ne l’est pas pour vous. Pour cela, identifiez vos objectifs, reflets de vos valeurs et aspirations.

7- Prendre du plaisir

Cela paraît évident, mais dans le quotidien d’un·e entrepreneur·e, ça n’est pas toujours simple à appliquer. Pourtant vous n’êtes pas devenu entrepreneur·e pour vous ennuyer, si ?

Prévoyez des plages « plaisir » dans votre agenda pour vous aider. Soyez attentif·ve à l’image de perfection que vous souhaitez renvoyer : personne n’est parfait, pas même vos concurrents ! L’entreprenariat est un iceberg dont on ne voit que la partie émergée.

Méfiez-vous de la phrase « Je n’ai pas l’impression de travailler quand je travaille ». Misez sur vos talents pour vous épanouir, renforcer votre confiance en vous et votre estime de vous-même. Cela nourrit également votre créativité.

Allez je vous propose un petit exercice (je suis sûre que cela vous manquait) : 

  • Listez vos passions, les moments d’enthousiasme. Énumérez tout ce que vous aimiez faire enfant avec facilité et plaisir.
  • Vérifiez la place donnée aux éléments de cette liste dans votre quotidien professionnel et / ou personnel. Choisissez (ou pas) d’inclure un ou plusieurs des éléments de votre liste à vos habitudes.

8- Quand la porte est fermée, passez par la fenêtre !

Sortez de votre zone de confort pour vous challenger, exploiter vos talents, faire des rencontres, apprendre de nouvelles pratiques, vivre la magie des surprises, ne pas vous enliser dans la routine, qui tue…
La peur du risque n’est pas censée vous paralyser.

Se challenger ne veut pas dire se mettre en danger. Identifiez des défis à votre mesure pour vous assurer de ne pas aller tirer sur la corde.

9- Appliquez la méthode RENETRE

Neuvième conseil : intégrez la méthode Renêtre ! Faites-vous un poster, un dessin, des post-it pour vous en rappeler et le lire tous les jours :

  • R pour repos : coupures, sommeil, plaisir dans la journée de travail.
  • E pour échanges : réseaux, partenariats, associations, syndicats…
  • N pour nourrir : votre corps et votre esprit, votre spiritualité, votre philosophie, vous former.
  • E pour état des lieux : valeurs, santé, organisation, vous préserver, évaluer votre tolérance aux risques.
  • T pour temps : apprendre à déléguer, vous réorganiser, poser ses limites : choisir c’est renoncer.
  • R pour relativiser : faire de votre mieux, ni plus, ni moins. Apprendre à lâcher prise (cohérence cardiaque, chi gong, etc.). Se faire aider. Droit à l’erreur. Ne pas écouter tout le monde. Oser !
  • E pour envies : se faire plaisir, miser sur ses talents.

 

Avec ces neufs conseils, que vous allez vous empresser d’appliquer, je le sais, vous avez appris que vous pouviez mettre en place des stratégies pour vivre sereinement votre vie d’entrepreneur·e. 

Vous pouvez nourrir vos différents domaines de vie, vous savez que le burnout n’est pas une fatalité et que vous êtes acteur·trice de votre vie. Vous pouvez vous appuyer sur vos valeurs pour développer votre entreprise. Vous avez du talent alors exploitez-le ! 

Surtout n’oubliez pas : « Je m’écoute donc j’avance ».

Malgré tout, parfois ou souvent, et c’est aussi mon cas puisque je me fais régulièrement coacher en tant que cheffe d’entreprise, nous avons besoin de prendre de la hauteur et d’être accompagné.e, aidé.e. Ne restez pas seul.e.
Je vous invite à me contacter si vous ressentez ce besoin.
Nous envisagerons ensemble l’approche idéale.

 

Si vous aimez cet article, partagez-le !

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Découvrir d'autres articles

comment accepter son burnout et sortir du déni
Bien-être au travail

Burnout : comment l’accepter ?

Burnout : comment l’accepter ? « Burnout, moi ? Jamais de la vie ! Je suis juste un peu fatigué. Ça va passer. » Vous vous reconnaissez

dépasser les obstacles de l'accomplissement de soi
Bien-être au travail

5 freins à l’accomplissement de soi

5 freins à l’accomplissement de soi L’accomplissement de soi est partout, sur Internet, dans les magazines, dans les reportages télévisés…  Vous aimeriez vous aussi parvenir

Envie d'en savoir plus sur RenEtre Coaching ?